vendredi 2 décembre 2005

Stéréotypes… encore et toujours !

Critique facile et non fondée de la part du journaliste Renaud Lecadre de Libération (dans le cadre de l'affaire Thomson/Lagardère) qui réduit l’intelligence économique comme étant une simple « nouvelle appellation de l’espionnage industriel ».

Les pratiques d’espionnage industriel existent, c’est un fait. Cependant, l’espionnage industriel ou économique ne sont pas des synonymes de l’intelligence économique.

Afin de rétablir une définition correcte de l’IE, voici ci-dessous les définitions disponibles sur Wikipédia qui sont justes et qui reprennent celles données par les spécialistes tels que Henri Martre ou encore Bernard Besson et Jean-Claude Possin :

L'intelligence économique utilise les méthodes de management et les techniques ayant pour objectif d'apporter des informations à l'organisation, c'est-à-dire à enrichir le savoir de l'organisation (entreprise, État, association, ONG, OIG...) à des fins de développement et de protection contre les menaces la visant (déstabilisation, espionnage, vandalisme, voire terrorisme), d'abord en les anticipant. L'intelligence économique se distingue de l'espionnage économique car elle utilise exclusivement des moyens légaux.

L'univers de l'intelligence économique étant très vaste, il englobe parfois des réalités très différentes. Voilà d'autres définitions assez complémentaires les unes des autres:

  • Le rapport MARTRE, œuvre collective du Commissariat du Plan intitulée "Intelligence économique et stratégie des entreprises" (La Documentation Française, Paris, 1994) donne la définition suivante: "L'intelligence économique peut être définie comme l'ensemble des actions coordonnées de recherche, de traitement et de distribution, en vue de son exploitation, de l'information utile aux acteurs économiques. Ces diverses actions sont menées légalement avec toutes les garanties de protection nécessaires à la préservation du patrimoine de l'entreprise, dans les meilleures conditions de délais et de coûts. L'information utile est celle dont ont besoin les différents niveaux de décision de l'entreprise ou de la collectivité, pour élaborer et mettre en œuvre de façon cohérente la stratégie et les tactiques nécessaires à l'atteinte des objectifs définis par l'entreprise dans le but d'améliorer sa position dans son environnement concurrentiel. Ces actions, au sein de l'entreprise, s'ordonnent autour d'un cycle ininterrompu, générateur d'une vision partagée des objectifs de l'entreprise"

  • Définition de l'ADBS : "L'intelligence économique est constituée par l'ensemble des concepts, des outils, des méthodologies et des pratiques permettant de mettre en relation, de façon pertinente, différentes connaissances et informations dans la perspective de la maîtrise et du développement de la dynamique économique. Cette mise en relation implique en particulier : - une mobilisation des hommes ; - un traitement et une analyse de l'information et de la connaissance orientés vers une finalité opérationnelle ; - une circulation efficace des informations et des connaissances au sein des organisations concernées."

  • Définition de P. Besson et JC Possin : "l'intelligence économique est la maîtrise concertée de l'information et de la coproduction de connaissances nouvelles. Elle est l'art de détecter les menaces et les opportunités en coordonnant le recueil, le tri, la mémorisation, la validation, l'analyse et la diffusion de l'information utile ou stratégique à ceux qui en ont besoin. Elle impliquera une protection adaptée à tous les stades de son élaboration : acquisition, traitement, exploitation, et au patrimoine en résultant avec une attention particulière aux prémisses (...). Pour l'essentiel, l'intelligence économique est un cycle d'informations dont la finalité est la production de renseignements stratégiques et tactiques à "haute valeur"ajoutée"

  • Définition de Philippe Baumard : "l'intelligence économique n'est plus seulement un art d'observation mais une pratique offensive et défensive de l'information. Son objet est de relier entre eux plusieurs domaines pour servir à des objectifs tactiques et stratégiques de l'entreprise. Elle est un outil de connexion entre l'action et le savoir de l'entreprise"

  • Définition de Carlo Revelli : "l'intelligence stratégique est un processus de collecte, traitement et diffusion de l'information qui a pour objet la réduction de la part d'incertitude dans la prise de toute décision stratégique. Si à cette finalité on ajoute la volonté de mener des actions d'influence, il convient de parler alors d'intelligence économique"

  • Définition de Gabriel Colletis : "L'intelligence économique peut, au niveau d'une entreprise particulière se définir comme sa capacité à combiner efficacement les réseaux et compétences extérieures en vue de résoudre un problème productif inédit".

Après ces définitions, nous espérons ne plus relire dans la presse des commentaires peu valables qui ne font que ternir l'image qu'on a de l'intelligence économique en France, alors que cet "outil" est nécessaire et peut se pratiquer par des moyens légaux, le tout étant de savoir poser des limites comme pour toute autre chose.

N'oubliez pas de prendre du recul vis-à-vis des médias et de garder l'esprit critique!

Sophie Vienne, Benoît Samper et Marie Dewisme


Se réunir est un début; rester ensemble est un progrès; travailler ensemble est la réussite, Henry Ford


Posté par 3BMS à 19:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Stéréotypes… encore et toujours !

Nouveau commentaire